• LA CONFRERIE DES CHASSEURS DE LIVRES

    Détails sur le produitAuteur Raphaël JERUSALMY  Editions ACTES SUD Prix 21.00 Euros  9782330022617

    5 étoiles sur 5

    ENTRE DA VINCI CODE ET LES EVANGILES PERDUES UN VRAI INDIANA VILLON LITTERAIRE JUBILATOIRE ET BRILLANT

    Dans sa prison à quasiment la veille de son exécution, Villon est contacté par un évêque émissaire du Roi Louis XI, qui lui propose sa grâce. Pour cela il doit appâter un imprimeur allemand avec des textes qui lui donneront envie d'installer une imprimerie en France. Grâce à cela le machiavélique Louis XI pourra entamer une lutte contre l'influence de l'église. Mais notre imprimeur va entrainer Villon dans une aventure qui va lui faire découvrir la terre promise, et l'emporter dans des luttes d'influences qu'il n'imagine pas au départ.

    Certes cela peut être considéré comme un roman historique, mais c'est là le bémol que j'y mettrai. Breton j'ai frémi quand j'y ai vu apparaitre le mot baragouiner, le seul mot d'origine bretonne en français. Et là où j'ai été catastrophé c'est quand j'y ai vu de mes yeux incrédules des évêques anglicans ou la scolastique. Pour les amateurs allez voir mon blog. Parce que pour moi un roman historique se doit d'exactitude surtout quand il parle d'église. Ceci étant dit venant en maintenant aux faits.

    D'abord le titre m'a accroché on n'est pas libraire pour rien. Je pense que la définition exacte de ce roman serait uchronie, parce que la recherche du fameux document est bien une révélation de ce roman. Au-delà de cet aspect on peut se demander si l'auteur ne s'amuse pas avant tout, rien qu'avec son nom situer l'action à Jerusalem. Certes c'est facile comme l'est la lecture de ce roman, qui se caractérise par son style séduisant, par la richesse des images. Le rythme de l'intrigue qui se veut hésitante entre le thriller historique, et le roman de cape et d'épée, contribue aussi à ce que l'on dévore ce livre. C'est aussi un vrai carrousel de manipulations, et jusqu'au bout on se demandera qui tient la barbichette de l'autre. Les personnages sont riches, attachants et vraisemblables, même Villon. Et puis cela fait du bien de voir qu'un auteur attache autant de poids à l'écrit et à sa diffusion. Le poids des idées peut l'emporter encore sur le choc du visuel, et c'est ce qu'il fait bon de redécouvrir au creux de ce roman. C'est une vraie oasis littéraire où il est tellement agréable de se rafraichir, voire même de s'y enivrer.

    Alors maintenant pour les amateurs qui veulent étancher leur curiosité.

    Baragouiner est le seul mot d'origine bretonne en français, il parait que lorsque que nous venions en France, nous demandions du bara=pain, et du gwin= vin. Sans doute est-ce parce que nous avons été évangélisés par des moines celtes qui appliquaient benoitement la liturgie chrétienne, à l'inverse de ces pisse-froids de bénédictins qui se contentent d'eau. N'empêche que pour cela il fallait que le breton devienne français or sous Louis XI ce n'était pas le cas. Baragouiner=1580
    Cap et encore on ne parle que du rocher=1387
    Galurin= 1866
    Verroterie=1657 il fallait bien attendre de piller Venise et de voir commencer la traite
    Les évêques anglicans ont été nommés par Henri VIII qui régnait en même temps que François Ier anglican =1554
    Scolastique=1541 ou 1625
    Pour tout cela merci à mon petit Robert


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :