• LA SPLENDEUR DE LA VIE

    Détails sur le produitAuteur Michael KUMPFMULLER  Editions ALBIN MICHEL Prix 19.50 Euros  

    2 étoiles et plus

    UN RECIT TROP ANECDOTIQUE SUR DORA LA FEMME QUI PARTAGEA LA FIN DE LA VIE DE FRANZ KAFKA

    Sur la Baltique, Kafka passe ce qui seront ses dernières vacances quand il rencontre Dora, une jeune femme de 25 ans engagée dans les institutions juives. Malgré les difficultés financières et l'opposition, de leurs deux familles ils s'installent à Berlin en pleine déliquescence financière accompagnant la montée du nazisme et de l'antisémitisme. Devant la dégradation de l'état de santé de Kafka, ils sont contraints de se séparer, avant de se retrouver dans un sanatorium autrichien où Kafka va lentement mourir.

    Acheté sur les conseils de l'éditeur j'avoue avoir été déçu. D'abord par l'écriture sans relief, par le ton qui est du domaine de l'anecdotique et du descriptif, où est la passion ? Il en est de même dans les relations familiales qui sont à peine survolées sachant que la lettre de Kafka à son père n'est pas sans importance. L'auteur nous dit que Kafka écrit mais on ne sait jamais ce qu'il écrit or si on s'intéresse à la biographie d'un auteur connu c'est aussi parce que l'on s'intéresse à son aeuvre. N'est-ce pas Nietzche qui a démontré l'importance de la santé de l'auteur sur l'aeuvre. Or ce roman nous décrit plus les appartements de Kafka que son aeuvre, on ne sait rien non plus de l'importance ou non de Dora dans l'aeuvre de Kafka. On en sait à l'inverse beaucoup plus de ses qualités culinaires. Bref une fois refermé le livre ce qui domine c'est un grand sentiment de frustration, par rapport aux ambitions que la quatrième de couverture pourrait laisser supposer.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :