• Détails sur le produitAuteur Douglas KENNEDY Editions BELFOND Prix 21 Euros  

    1 étoile et plus

    COMMENT FAIRE DE L'ARGENT VOUS PRENEZ UN PREMIER TEXTE SUR LES TRADERS DANS LES ANNEES 90 VOUS LE PUBLIEZ EN 2012

    Dans les années 1990 Douglas Kennedy est un écrivain à la recherche de sa voie, il fait parfois quelques piges. Revenu aux USA il constate que la plus part de ses ami(e)s sont devenus des traders et travaillent dans toutes les bourses. Il décide de faire le tour des bourses et l'on va se rendre compte que quel que soit le pays et le sexe les traders se ressemblent comme 2 gouttes d'eau. Ce qui à la réflexion n'est guère étonnant puisque les règles sont identiques ainsi que le terrain de jeu.

    On peut résumer ce livre en se précipitant à la page 50 où Tocqueville écrit : « Le goût des jouissances matérielles doit être considéré comme la source première de cette inquiétude secrète qui se révèle dans les actions des Américains, et de cette inconstance dont ils donnent journellement l'exemple. »

    Ce n'est qu'une ode à la recherche matérielle, indépendamment des conséquences du capitalisme, c'est l'argent qui signe la réussite sociale et intellectuelle. Le reste des pages ne sert qu'à montrer que cela est vrai à travers le monde. Si vous pensez que c'est un roman vous allez être déçus ! si vous aimez l'économie vous serez aussi déçus car cela se passe avant l'écroulement de la bulle informatique, avant la crise de 2001 et celle qui a commencé en 2008. Par contre si vous voulez voir comment un éditeur et un auteur vous prennent pour des pigeons, tout en vous démontrant qu'en achetant cet ouvrage vous allez les enrichir achetez-le ! Mais vous vous ne vous enrichirez pas ni sur le plan matériel ni intellectuel.


    votre commentaire
  • Détails sur le produitSaphia AZZEDDINE      Editions LEO SCHEER  Prix 15 Euros

    1 étoile et plus

    UN LIVRE QUI N AURAIT JAMAIS ETE PUBLIE S’IL N’ Y AVAIT LE NOM D’ ALLAH

    Jbara est une bergère qui a du quitter son village pour la ville où après quelques petits boulots elle est devenue prostituée, et c’ est cette histoire qu’ elle confie à Allah.

     

    En dehors d’ une écriture qui n’ en n’ est pas une sauf pour ce qui est du plan ordurier, ce livre n’ apporte rien. Ni sur le plan de la situation de la femme, ni sur le plan de la prostitution qui paraît même invraisemblable. Bref s’ il n’ y avait pas le mot Allah jamais ce livre n’ aurait été publié.


    votre commentaire
  • Détails sur le produitAuteur Florence EMPTAZ   Editions STOCK   Prix 16.25 Euros  

    2 étoiles et plus

    UN TITRE A NE PAS FORCEMENT A OFFRIR C'EST LES RAPPORTS ENTRE UNE ENFANT ET SA MERE QUI A QUITTE LA FAMILLE

    C'est l'histoire autobiographique de l'auteur qui nous raconte les rapports oscillants entre conflits et amour entre l'auteur et sa mère qui a quitté la famille, pour vivre sa vie en tant que femme libre.

    Il faut se méfier du titre à moins qu'on le prenne au second degré ? En tout cas avant de l'offrir il vaut mieux savoir que les cadeaux des deux filles pour leur mère, n'étaient pas forcément signes de joie. Les rapports entre mère et fille sont pour le moins conflictuels, ils montrent les « dégâts » que peuvent faire sur les enfants la séparation de leur mère dans le cadre d'un divorce. Ces conflits vont émailler la relation entre les filles et leurs mères, avec aussi leur besoin d'amour. La qualité de ce livre c'est la sincérité, l'écriture n'est guère fluide, et l'on voit souvent une pérennité de ces relations je t'aime moi mon plus. A lire pour la sincérité et à offrir peut-être pour une autre occasion, sauf pour ceux ou celles qui ont vécu une telle situation.


    votre commentaire
  • Détails sur le produitVincent HUMBERT   EDITIONS J AI LU  Prix 5,6 EUROS  

    1 étoile et plus

    UN LIVRE SUR UN TYPE IMBUVABLE A LIRE EN MEME TEMPS LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON

    Vincent est un jeune homme bien sous tout rapport qui se retrouve dans le syndrome où tout son corps est paralysé sauf un membre qui lui permet de communiquer. Et si on lit ce livre on voit que c est surtout un jeune très imbu de lui même. Sa mère ne peut supporter de le voir dans cet état et ils se retrouvent par des chemins différents, sur le même point de convergence. Et les deux vont tout mettre en œuvre pour que Vincent meurt.

      

    C’ est essentiellement un livre sur le Locked in syndrome, dans lequel un patient se retrouve complètement enfermé, seul le pouce où un œil lui permet de communiquer. C’ est aussi une réflexion sur l’ euthanasie, et la vision du handicap vu à travers le regard d’ une personne bien portante. Surtout quand le corps de l’ être aimé rend sa vision insupportable. Mais sous cette réserve c’ est quand même la volonté d’ euthanasier les très grands handicapés. Et cela m’ a révolté car dans ce cas c’ est oublier à l’ inverse la leçon de vie que nous a donné Jean Dominique Bauby dans le scaphandre et le papilon, où dans un cas identique cet homme nous donne à l’ inverse une magnifique leçon de vie et d’ espoir. Alors oui je préfère de loin ce témoignage à celui de Vincent Humbert et de sa mère. Je peux comprendre leur demande, mais pas l’ alibi de la généralisation, car cela me rappelle ce qui est arrivé dans une histoire un peu plus ancienne en Allemagne. Et je préfère de loin me souvenir de Bauby.

     


    votre commentaire
  • Détails sur le produitAuteur Carolyn JESS COOKE   Editions JC LATTES   Prix 16 Euros  

    1 étoile et plus

    LORQUE VOTRE MISSION EN TANT QU'ANGE GARDIEN SERAIT DE VEILLER SUR VOTRE PROPRE DESTIN

    Marie n'a pas eu une vie facile entre le divorce avec son mari et son fils unique qui devient délinquant. Aussi elle est très étonnée quand après sa mort elle devient un ange-gardien, et que la mission est de veiller sur elle.

    Très à la mode depuis un certain marc Lévy, les livres où l'on peut retourner dans son passé pour tenter de changer son destin. Et si on y mêle un zeste d'orphelinat on tombe chez Mr Dickens. C'est un livre fade où tout est télescopé, l'écriture est banale, les ressorts détendus, bref ce livre illustre parfaitement l'expression un ange passe, sauf que si vous allez jusqu'au bout des lignes le passage vous paraîtra long, voire très long. Sans compter que vous risquez un brin de schizophrénie, puisque parfois vous ne savez pas si c'est le personnage ou l'ange qui est celui qui agit.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique