• NOTRE DAME DU NIL

    Détails sur le produitAuteur Scholastique MUKASONGA  Editions GALLIMARD  Prix 17.90 Euros  

    2 étoiles et plus

    UN LIVRE SUR UN PENSIONNAT DE JEUNES FILLES RWANDAISES PEU APRES L'INDEPENDANCE DE CE PAYS

    Un pensionnat de jeunes filles au Rwanda juste au-dessus des sources du Nil accueille l'élite de la nation. Sous la férule de la mère d'une congrégation religieuse ces jeunes filles doivent arriver vierges au mariage et participer à l'enrichissement familial par un riche mariage. La période est celle de la première république Hutu, qui majoritaires ont chassé le roi Tutsi, et ont organisé des quotas pour que ces derniers ne puissent accaparer les postes au pouvoir. C'est dans ce contexte de violence larvée que nous assistons à la vie de plusieurs de ces jeunes filles, les héroïnes étant souvent Tutsi, mais nous voyons aussi les violences entre ces deux ethnies. Ce roman se situant essentiellement sur une année scolaire.

    Il y a plusieurs choses qui me dérangent dans ce roman. L'attribution du prix Renaudot, alors qu'il ne figurait pas dans la liste, qu'il a été porté par notre dernier prix Nobel de littérature, et qu'effectivement Gallimard n'avait pas de prix cette année. Ensuite le fait que l'on parle des prémisses du génocide sur la quatrième de couverture alors que les évènements se sont situés plus de 20 ans avant ! Les confusions des dates ainsi entre la visite du roi Baudouin en 1970 et le coup d'état qui a conduit à la création de la seconde république Hutu, il s'est écoulé 3 ans. Certes ce sont les violences dans les écoles qui sont à l'origine du coup d'état mais ces violences se sont déroulées en février mars, là encore la chronologie n'est pas respectée. Puisque le coup d'état à lieu en Juillet après la fin de la scolarité. L'article qui a fait connaitre Dian Fossey n'a été publié qu'en 1970, jusque là elle était totalement inconnue. Le mot inyenzi (cancrelat) ne désignait pas l'ensemble des tutsi mais ceux qui venant de l'étranger organisaient des attentats.

    Certes c'est un roman mais il est utile de le préciser et de dire que tout est amalgamé. Et je pense toujours qu'un aspect historique permet de mieux comprendre un univers, celui de la décolonisation est bien décrit, par contre je m'élèverai toujours contre toute technique d'amalgame pour renforcer ne fut-ce que de bons sentiments. L'écriture du livre même si elle est agréable, et le style ne justifie pas vraiment un prix littéraire. Les relations entre élèves, professeurs, blancs et noirs, sont très bien décrites ainsi que l'Afrique. En résumé un livre de fiction sur le Rwanda, qui nous apporte des éléments sur les relations entre Tutsi et Hutu,et les réalités africaines, mais qui se grève par son manque de rigueur historique.


  • Commentaires

    1
    Gus
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 11:00

    Bonjour, Je me permets de revenir sur votre commentaire pour une toute petite précision. Les Inyenzi (cafards) sont bien les insultes proférées à l'encontre des Tutsi. A l'inverse les Inkotanyi (invincibles) est le nom donné aux Tutsi rebelles qui étaient présents en dehors du Rwanda. Cet adjectif a peu à peu désigné l'ensemble des combattants du FPR
    .

    2
    cultureland Profil de cultureland
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 11:07

    Bonjour  Merci pour votre commentaire, puisque vous connaissez l'histoire du Rwanda, j'ai essayé de troubver des documents sachant que le référent historique de ce roman est bien les années 70. Il me semble simplement que le FPR n'était pas constitué à l'époque.  Belle journée et belles lectures

    3
    Gus
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 11:27

    Tout à fait, le FPR a été constitué à la fin de l'année 1987. Ils vont fêter sous peu leur 25ème anniversaire.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :