• Détails sur le produitAuteur Caryl FEREY  Editions GALLIMARD LA NOIRE  Prix 19.9 Euros  

    5 étoiles sur 5 
      
    UN AUTEUR QUI A LA PARTICULARITE DE PRENDRE L'ETOFFE D'UN PAYS D'UNE EPOQUE ET DE RENDRE NOBLESSE AU POLAR
      
    Jana est une indienne capuche, faisant partie de ces tribus d'indiens qui étaient en Argentine avant les blancs qui les ont décimé, elle est sculptrice. Ruben est le fils rescapé à 15 ans des tortures de la junte argentine, il n'a plus que sa mère qui est à la tête des « folles » de la place de Mai. Il est aussi détective pour leur association et en enquêtant sur la mort de la fille d'un riche industriel de Buenos Aires, il va enquêter sur la mort d'un travesti qui était un des meilleurs amis de Jana. Cette enquête va les plonger dans les travers de la junte argentine, qui a toujours des pouvoirs dans l'Argentine démocratique, et dans un univers de violences sous un vernis démocratique.

    J'ai rencontré Ferey grâce à Zulu, amateur de Deon Meyer, je me suis avec stupéfaction aperçu qu'un auteur français pouvait décrire avec autant de réalisme un pays aussi complexe que l'Afrique du Sud, qu'un auteur qui y était né. Et j'avoue que dans mapuche on a réellement l'impression d'être en Argentine, il y a une description synthétique qui nous rend de nombreux aspects de l'Argentine, tant sur les plans historiques qu'économiques. Les personnages secondaires ne le sont pas vraiment car en quelques pages ils peuvent prendre une réalité impressionnante. Tout cela est mené sur un rythme haletant et l'on retrouve aussi la force d'un thriller, âmes sensibles évitez ce livre, quoique sa richesse nous fait passer beaucoup de choses. En deux mots dévorez-le !

     

     

     


    votre commentaire
  • Détails sur le produitAuteur Anonyme  Editions SONATINE  Prix 21.3 Euros  

    5 étoiles sur 5

    TOUT A FAIT DANS LA SUITE DES PRECEDENTS UNE PROPOSITION POUR LA FIN DE LA SERIE. ?

    La ville de Santa Mondega est victime d'une série impressionnante de meurtres ce qui ne serait pas étonnant sauf que le Bourbon Kid est apparemment mort. En fait il préfère filer le parfait amour avec Beth. Jusqu'à ce que Beth se fasse enlever par Gaïus qui est le chef des vampires des loups garous etc.. Gaïus est à la recherche du livre des morts. Bourbon Kid est lui à la recherche de Beth, mais le bourbon n'a plus d'effets, il a perdu ces pouvoirs. Parviendra-t-il à retrouver Beth, obtiendra-t-il l'aide d'improbables alliés, car tout un chacun semble effrayé par les pouvoirs de Gaïus, Santa Mondega redeviendra-t-elle une ville normale ?

    Nous retrouvons le style des premiers tomes, un univers à la Tarentino, avec du gore au second degré sauf pour les personnages qui ont des fins parfois fort horribles ? L'intérêt du livre se renforce au fil des pages parce que le rythme s'accélère au fur et à mesure que l'intrigue se développe. L'humour s'affirme de la même manière ainsi que l'intrigue puisque Bourbon kid arrive parfois à être humain. Est-ce la fin de cette série complètement décalée ou est-ce la fin d'une première série d'aventures. Dans tous les cas c'est un tome qui ne peut qu'être lu avec délectation par ceux qui aiment cette série et dont je fais partie.

    En attendant d'autres aventures je vous conseille sur un thème ici abordé le Livre des Morts.

     


    votre commentaire
  • Détails sur le produitAuteur Harlan COBEN  Editions BELFOND  Prix 22.5 Euros  

    2 étoiles et plus

    UN THRILLER SANS ORIGINALITE DANS LA SUITE DES ROMANS DE HARLAN COBEN

    Nous retrouvons la paire de héros récurrents de Coben Win et Myron. Celui-ci est engagé par une ancienne championne de tennis qui a reçu des menaces pour trouver qui est à l'origine de ces menaces. Cela va lui permettre de retrouver Kitty, sa belle-saeur qui a disparu avec son mari Brad, le frère de Myron. Ce dernier va se replonger dans son passé car ces deux femmes ont leurs destins inextricablement mêlés.

    Harlan Coben reste dans le classique thriller qui privilégie l'enquête les rebondissements, sans tenir compte de l'évolution du policier qui devient de plus en plus un roman qui décrit la société. Ce qui fait que l'on reste un peu frustré, devant un tel classicisme chez un auteur de cette qualité. L'intrigue est bien maîtrisé les rebondissements constants, sur ce plan le roman est réussi et l'on passe un bon moment qui s'éteint dès que l'on ferme le livre. Un livre qui plaira aux fans de Coben et aux amateurs de policiers classiques.


    votre commentaire
  • Détails sur le produitAuteur R.J. ELLORY  Editions SONATINE  Prix 22.3 Euros  

    2 étoiles et plus

    UNE ECRITURE AGREABLE MAIS UN COPIE COLLE DE VENDETTA POUR CE QUI EST DE LA CONSTRUCTION

    Franck PARRISH est un policier d'une quarantaine d'années qui a raté son mariage, et aussi quasiment sa vie professionnelle. Fils d'un policier qui est considéré comme un héros, et qui faisait partie des anges de N.Y., l'élite de la police, mais Franck sait la partie noire de son père, corrompu et soumis aux ordres des truands. A l'occasion d'une enquête sur la mort apparemment banale d'une étudiante, il va découvrir intuitivement qu'elle a été victime d'un tueur en série. Mais il va lui être difficile d'objectiver ses collègues ne retenant que la disparition de son équipier, son alcoolisme, sans compter que pour conserver son poste, il doit tous les jours aller voir une psychologue.

    Pour ceux qui n'ont jamais lu Ellory ce roman peut-être un moyen de découvrir don aeuvre, pour ceux qui ont lu Vendetta ce roman va apparaître comme un copié collé de ce livre pour ce qui est de la construction. Une partie historique non plus sur la mafia cubaine, mais ici sur une unité prestigieuse de la police de N.Y.. En même temps se déroule une enquête policière. Commençons par les points négatifs, dans le livre reçu une impression défectueuse, de nombreuses fautes d'orthographe et une traduction parfois approximative. La partie « historique » est devenue portion congrue, on ne sait pas pourquoi l'unité a été créée, ses objectifs, si elle existe toujours et finalement lire un livre avec une impression de déjà vu pour sa construction n'est pas agréable.

    L'intrigue est bien construite, mais tous les thèmes sont abordés de façon quasi caricaturale, le flic brillant devenu alcoolique parce qu'il ne supporte pas son père, qui a raté sa vie, qui a la réputation de tuer ses équipier. Qui est aussi dans l'incommunicabilité, qui sait tout faire, qui va tomber amoureux de sa psy, vive les transferts. Les points positifs sont l'écriture qui est agréable et qui peut donc permettre une découverte de l'aeuvre de cet auteur, qui en signant VENDTTA, a publié un livre excellent et original. Mais être fan cela ne veut pas dire tout accepter d'un auteur, et d'un éditeur qui semble avoir ici bâclé la sortie(il manque un r au nom du héros sur la 4ème de couverture!).


    votre commentaire
  • Détails sur le produitEdward BUNKER Editions RIVAGES Prix 20 E 

    5 étoiles sur 5 
    DES NOUVELLES D'UN REALISME ET D'UNE PROFONDEUR CERTAINS SUR L'UTILITE DE LA REDEMPTION PAR LA PRISON ET LA CRAINTE DE LA PEINE DE MORT
    Un exercice peu évident celui de la nouvelle policière, il est donc difficile de résumer ces nouvelles. Disons que le point commun c'est d'être écrites par un ancien prisonnier, qui leur donne la force de l'expérience et qu'il partage avec nous, avec une réflexion sur la société américaine, de l'utilité d'un régime pénitentiaire et de la crainte de la peine de mort.

    L'auteur réussit une rare performance faire en sorte que par l'intermédiaire des nouvelles et malgré la brièveté de l'espace littéraire, les personnages prennent corps, les sujets sont traités de manière profonde et intelligence et sensibilité. C'est souvent l'intelligence du caeur qui nous touche le plus, et bien dans ce livre c'est ce qui se passe. L'auteur nous emmène dans l'amérique profonde, celle des gangs, de l'argent, de la drogue et de l'univers pénitentiaire. Quant à savoir comment sortir de cet univers, et lequel est le plus fermé, et quelles sont les valeurs de la société et de l'univers pénitentiaire ? Sont-elles finalement si éloignées, et l'efficacité demandée dans notre société n'est elle pas celle qui de l'autre côté des grilles crée les caïds ?

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique